ce que nous avons mangé au Japon


Voici un article sur le Japon qui me tenait à coeur: faire la liste la plus exhaustive possible (même s'il en manque) de tout ce que nous avons mangé là-bas.
Pour une fois je n'avais pas cherché à l'avance de restaurants à tester, pour la simple et bonne raison que Tokyo est tellement immense que je n'avais pas envie de devoir graviter dans un quartier seulement pour un endroit où manger.


Et j'ai été bien inspirée car les adresses ne sont pas toujours évidentes à trouver... bref, nous avons du coup toujours choisi nos restaurants au hasard et au final n'avons jamais été déçus, voire 99% toujours enchantés du contenu de notre assiette !
Du coup, point de bonnes adresses à vous donner car le meilleur des conseils que je puisse vous donner est de vous aventurer. Ne soyez pas effrayés si vous ne comprenez pas la carte, la plus grande majorité du temps nous sommes allés dans des restaurants où il n'y avait aucune traduction en anglais mais les serveurs étaient toujours là avec le sourire pour nous aider (et parfois seul le sourire et les gestes nous ont aidé car personne dans le restaurant ne parlait anglais et, forcément, nous ne parlions pas japonais). Les bonnes surprises sont nombreuses !

Cependant, moi qui suis une inconditionnelle des petits-déjeuners, je n'en n'ai finalement quasiment jamais pris mis à part un muffin ou autre chose du genre acheté au konbini du coin (=supérette de quartier) à défaut d'autre chose. Je n'aime pas les produits de la mer, de ce fait le petit déjeuner japonais traditionnel n'est vraiment pas quelque chose qui me tentait. De plus le matin tous les commercent, cafés inclus, ouvrent à 10h (voire 11h), ce qui était trop tard pour nous qui étions debout depuis un petit moment déjà. Mais bon, cette absence de petit déjeuner digne de ce nom ne m'a finalement pas dérangé plus que cela !

Voici donc en image ce qui nous a régalé pendant ces 15 jours au pays du soleil levant.


- côté salé - 

Bento acheté sur un quai de gare, nous ne portions pas trop d'espoir sur la qualité gustative de ces derniers et avons été surpris de voir qu'ils sont bien meilleurs que ce que l'on s'imaginait !


Le meilleur ramen de tous les temps, et de toute ma vie. Oh mon dieu si seulement je pouvais me souvenir avec exactitude de son goût ! Mais les saveurs étaient tellement bien mélangées, tellement unique, c'était une vraie découverte pour mes papilles. Nous nous sommes tellement régalés avec Mathieu que pendant toute la durée du repas nous en avons même oublié de nous parler !


Notre deuxième gros gros coup de coeur du séjour est pour ce restaurant sur lequel nous sommes tombés par hasard: nous apercevions la table face à une grande vitre au premier étage d'un immeuble et l'ambiance donnait envie. En bas, aucun panneau ni affiche. Nous avons donc pris des escaliers sans savoir s'ils menaient vraiment à cet endroit, avons poussé la seule porte du premier étage pour arriver dans un tout petit restaurant qui servait une cuisine excellente. Ici rien en anglais, pas même le nom (tout comme le resto du ramen dont je parle au-dessus), nous avons commandé le seul plat cuisiné du jour et la magie a fait le reste...


Les okonomiyaki ont été l'un des coups de coeur de Mathieu ! En apparence cela ressemble à une omelette mais dedans on y trouve un peu de tout (c'est d'ailleurs le principe de ce plat si j'ai bien compris: on y met ce que l'on veut): des pâtes, de la salade, parfois des crevettes et/ou de la viande, une sauce bien particulière sur le dessus dont j'ai oublié le nom, le tout cuit sur une plaque chauffante rappelant une plancha. Pour ma part j'ai bien aimé mais pas de coup de coeur.


Par contre, les onigri ont été une révélation et tout particulièrement les onigri grillés (ceux à pastille rouge sur la photo). C'est pourtant tout simple: une galette de riz qui est grillée sur une sorte de barbecue. Mais le riz est parfaitement cuit, et le résultat est tellement bon !


Le yakisoba est un plat en somme assez simple puisqu'il s'agit de nouilles aux légumes et boeuf, et pourtant l'assaisonnement et la sauce dans lequel tout cela est cuisiné changent sacrément la donne. Un vrai coup de coeur !


Ramen un jour, ramen toujours !


Avant de partir j'ai découvert, un peu avec surprise, que les curry étaient légion au Japon. Nous sommes donc allé chez Samouraï Curry (ils ont 3 adresses dans Tokyo) et n'avons pas été déçus: je n'ai jamais mangé de curry aussi bon ! J'avais opté pour la version végétarienne avec pas moins de 20 légumes différents (selon la carte, j'ai préféré les manger que les compter), et j'ai goûté pour la première fois les racines de lotus. J'ai bien aimé leur consistance ferme et un peu croquante, j'ai pu avoir un meilleur aperçu de leur goût lors d'un autre repas et je regrette de ne pas en trouver par chez nous ! Par contre nous avions opté pour un curry épicé puissance "4" (10 niveaux au total) et cela était annoncé comme "légèrement épicé". J'avoue avoir versé une petite larme (et Mathieu aussi), je n'ose même pas imaginer ce qu'un curry "puissance 10" doit donner ah ah !


Le fameux boeuf japonais... nous avions envie de goûter le boeuf de Kobe, mais n'étant pas non plus de grands mangeurs de viande nous ne voulions pas mettre 80€ chacun dans une assiette. Finalement nous nous sommes laissés tenter un soir par un restaurant spécialisé dans la viande bovine, "pour voir". Et j'avoue que nous avons été très agréablement surpris ! Les tranches sont très finement coupées, à nous de nous les faire cuire sur notre petit "barbecue" placé au centre de notre table. La viande était douce, fondante, et la petite quantité était finalement parfaite pour nos appétits (nous avions commandé par mal de légumes en tout genre et du riz en accompagnement). A tester si vous souhaitez découvrir la viande Japonaise sans casser votre tirelire ! 


- côté sucré - 

Patates douces + sirop de riz (=sucrant liquide) + graines de sésame: simple mais diablement bon !

J'ai l'air ravie avec ma crêpe mais cela s'est avéré très décevant. Malgré les choix farfelus (vous pouvez apercevoir derrière moi les combinaisons possibles, et encore ici il s'agit des plus "soft"), je suis partie sur un classic (banane + chocolat + chantilly) mais rien n'était bon et je l'ai eue sur l'estomac toute la fin de journée... Enfin, il fallait quand même que je teste ces fameuses crêpes fofolles si emblématiques de Tokyo !

Ah la la, daifuku mon amour... Les daifuku sont des mochis fourrés à la pâte de haricots azukis (petits haricots rouges) au milieu desquels se trouvent une fraise fraîche, parfois présentée comme ici ou parfois directement enfermée dans le mochi. Quand elles sont bien faites et de qualité, ces pâtisseries sont fines en bouche, la pâte (farine de riz + eau) n'est pas caoutchouteuse et la combinaison des saveurs est proche de la perfection. Je donnerais tout pour pouvoir en manger juste un là, maintenant, tout de suite !


Le Japon n'est pas le pays de la gaufre mais je me devais de tester celle-ci, à base de patate douce (mon péché mignon qui s'invite, à mon plus grand plaisir, dans presque toutes les gourmandises là-bas). Je n'en garde pas un souvenir impérissable mais j'adore cette photo prise dans le Shinkansen, ce "bullet train" qui relie Tokyo et Kyoto dont l'intérieur ressemble à celui d'un avion (en plus spacieux, plus confortable et moins bruyant).


Vous l'aviez aperçue sur mon compte Instagram mais dans un autre décor, la glace au sésame noir est de loin ma saveur favorite (et aussi la seule glace que j'arrive à manger sans être malade). Je l'ai mangée le seul jour où il a plu et où la température était passée en dessous de la barre des 10°C mais qu'importe, elle n'en n'était pas moins bonne !


Bon, je conçoit que le donut n'est pas un symbole du Japon mais je dois signaler que les japonais ont par contre le don de transformer certaines gourmandises occidentales un peu "grossières" en quelque chose de délicat et raffinés. Les donuts de chez Hara Donuts (qui me semble d'ailleurs être une enseigne coréenne, alors finalement je vais parler de ce raffinement à "l'orientale" plutôt que japonais) sont healhty, cuits au four, et rivalisent de saveurs innovantes et de saison. Ici c'était orange confite et épices, un délice !


Impossible de parler de ce que nous avons mangé au Japon sans évoquer les kakis, emblème national du Japon qui s'avère être l'un de mes fruits préférés (si ce n'est pas MON fruit préféré). Je disais plus haut que je ne prenais pas de petit-déjeuner le matin mais ce n'est pas tout à fait vrai, puisque j'avais fait le plein de kakis pour pouvoir en manger un tous les jours avant de partir à la conquête de Tokyo. C'était mon petit rituel favori de la journée !


En pleine dégustation d'un "parfait" au thé vert matcha (dessert combinant principalement boule de glace, morceaux de gâteaux, et mochis d'une même saveur).


Passion mochis, encore et toujours. Ici avec une version à la châtaigne (souvenez-vous, nous y étions à l'automne) qui en renfermait une entière. J'en ai fait qu'une bouchée !


Si vous vous êtes donné l'objectif d'utiliser tous les emojis de votre téléphone au moins une fois dans votre vie, alors allez au Japon sans hésiter. J'avoue avoir acheté cette brochette de mochis en partie pour pouvoir utiliser le picto correspondant (vous avez pu voir la photo ici), mais je ne garde pas un souvenir très émus de cette dernière. Néanmoins, ma pulsion de geek a été assouvie ;)


Je vous présente une création de chez Flipper's, enseigne spécialisée dans les pancakes: le pancakes cake. Deux fines couches croustillantes, une crème légère et un pancake au milieu. J'avais peur que ce soit lourd et écoeurant mais non, bien au contraire !


Mais aussi et surtout, si vous avez l'occasion d'aller chez Flipper's (il me semble qu'ils ont 2 adresses à Tokyo: l'une à Shimokitazawa et l'autre à Kichijoji) je vous conseille d'aller tester leurs pancakes. Ils sont mega mega fluffy et tellement léger en bouche que l'on fini son assiette sans être écoeuré ! Un vrai coup de coeur !


Ah la la, ce parfait à la patate douce. Quel régal, mais quel ré-gal ! Deuxième fois que je mange de la glace durant mon séjour (un exploit pour moi), mais surtout deuxième fois que j'adore ça. La glace à la patate douce a été pour moi une révélation, un pur délice ! Malheureusement nous n'avons pas la même variété de patate douce ici, il me faudra donc repartir à ce restaurant de Kyoto pour pouvoir y goûter de nouveau. Pour le coup ici j'ai gardé l'adresse, il s'agit du Café de Salan à Arashiyama et si vous y allez je ne peux que vous conseiller de vous y arrêter. Ce restaurant travaille avec un agriculteur bio local qui ne produit que des légumes cultivés traditionnellement au Japon, le tout au rythme des saisons.


De la patate douce, encore et toujours, cette fois-ci en frites sucrées...


Enfin, un petit aperçu des emplettes faites au konbini: du thé vert (que je ne trouvais jamais en vrac ou sachet, mais déjà tout prêt en bouteille), des kit-kat au thé matcha (plus pour le fun que pour le goût), et test de cette pâtisserie dont j'ai oublié le nom mais qui se compose de deux sortes de pancakes au milieu desquels se trouvent de la purée d'haricots azukis.



Et sinon que buvions-nous ? Du thé vert à gogo pour moi (je précise que c'est ce que contient mon verre dans la photo ci-dessous, je ne bois pas d'alcool), du thé vert et de la bière japonaise pour Mathieu. Désolée pour la qualité de la photo qui laisse à désirer ;)



Petite photo bonus, ces magnifiques sandwichs que nous n'avons pas testé car nous sortions de table lorsque nous les avons croisés mais que je ne manquerai pas de goûter lors de mon prochain voyage au Japon ;)

EnregistrerEnregistrerEnregistrer